Un Chemin...


2008 - 16 minutes

Présentation 

Le tournage du film Chemin de Croix de Cyril Legann s'est terminé durant 2007. Le film raconte l'histoire d'un adolescent qui fuit ses parents pour devenir lui-même.

Commentaire

Le making of est un genre extrêmement spécifique. Comme pour le documentaire ou la captation, je me suis vraiment interrogé sur la manière de l'aborder. C'est bien sûr l'apparition du DVD qui a provoqué son essor et éditer un DVD de film sans une miette de making of ou un minimum de documentation supplémentaire est une gageure risquée. J'ai essayé de comprendre ma propre schizophrénie par rapport à ce genre : Docteur Jekyll n'accepte pas que l'on donne à autant montrer l'envers du décor c'est-à-dire tout le brouillon d'un tournage tandis que Mister Hyde est passionné par l'aspect éducatif du moindre making of.

Pour tenter une sorte d'objectivité dans la retranscription du tournage, j'ai essayé d'interférer le moins possible sur le réel en ne perturbant pas l'espace de travail de l'équipe. Sur certains décors, cela a parfaitement fonctionné et je pense que certains n'auront presque rien remarqué. Par contre, sur d'autres décors et il est vrai avec d'autres personnes, ma caméra et surtout le « fait » du making of devenait soudain l'objet de trop d'attention. L'un imaginait que le film se fasse en DV et le making of en 35 mm, beaucoup faisaient des commentaires face caméra, d'autres une seconde avant une prise me proposaient des détails marrants à filmer du type vidéo gag, une prise ratée devenait « ça c'est bon pour le making of ». Lors d'un tournage nocturne, un technicien dit quelque chose de l'ordre du privé à propos de quelqu'un de l'équipe : un peu étonné, je lui fis remarquer qu'heureusement je n'étais pas en train d'enregistrer. Il me répondit malicieusement qu'il me surveillait et attendait le moment où j'allais éteindre la caméra pour pouvoir faire sa réflexion. Bref, ma déontologie - pour dire un gros mot - en prenait un coup. 

Faire du cinéma ce n'est donc plus se centrer seulement sur la caméra du tournage mais intégrer la caméra du making of, parce que tout le monde sait que dans l'ombre du film se cache un film-miroir, dans la catégorie bonus de surcroît, c'est-à-dire en plus, pour ainsi dire un cadeau fait par l'équipe au spectateur.